Le Street Art anime vos vacances

1750
355
Vues
street-art

Qu’est ce qui différencie un Pollock du dessin d’un enfant de 5 ans ? La beauté ? La technique ? Avec le temps, l’homme découvre de nouvelles formes d’art. L’art abstrait ou encore le mouvement Dada par exemple ont modifié complétement la manière de penser l’art, proposant des oeuvres comme „Fontaine“ de Duchamps qui se trouve n’être qu’un simple urinoir. La vision de l’art ne se limite plus donc aux oeuvres classiques du musée du Louvre. Longtemps vu comme de simple grafiti, les dégradations de notre environnement urbain revetent aujourd’hui des sens cachés et portent le joli nom de street-art. Mais qu’est-ce donc ?

Comprendre le street-art

Ce mouvement artistique contemporain, nommons les choses pour ce qu’elles sont, représente toutes les formes d’art réalisées dans la rue ou dans des endroits publiques et englobe diverses méthodes telles que le graffiti, le pochoir, les stickers, les posters, la projection vidéo, les installations de lumière, la céramique, etc. Pour les artistes, les rues, trottoirs, murs et parcs ne sont que toiles vierges qui ne demandent qu’à accueillir leurs oeuvres. Parfois légal, souvent illégal, le street art c’est aussi l’Art d’utiliser les éléments qui nous entourent pour créer des situations ludiques, drôles et parfois carrément loufoques.

Brève histoire du street-art

L’un des exemples les plus célèbres de street-art est le mur de Berlin, qui fut souvent tagué du côté ouest. Depuis sa chute, des pants du mur ont été conservés et paints par des artistes importants pour former l’East Side Gallery, classé monument historique.

Depuis 1968 et l’apparition du street-art, les oeuvres se multiplient dans les rues de Paris, agrémentant les balades de jolies découvertes. Pour vous guider ou simplement avoir une idée de ce que vous pouvez découvrir, vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le blog de parifuni.

Ailleurs dans le monde, de nombreuses villes ont vu fleurir des manifestations du street art : New-York, Rome ou Madrid, Melbourne ou encore Sao Paolo. Art ephémére, la découverte est constante. On en a jamais fait le tour et cela permet de se perdre dans des endroits reculés, loin des attrapes-touristes. La ville de l’intérieur, la vraie. Les artistes en profitent souvent pour passer des messages de paix, de respect mais aussi simplement rendre les rues plus agréables.

Comments are closed.