Un parcours en Transsibérien

1521
122
Vues

Un parcours en Transsibérien permet de découvrir des paysages uniques et de vivre des moments inoubliables. Le Transsibérien est un train mythique qui relie Moscou à Pékin sur plus de 9 288 kilomètres. Faire un voyage à bord du Transsibérien permet de découvrir des régions magnifiques et authentiques, puisque le train traverse pas moins de 990 gares. En revanche, il faut prévoir un séjour plus ou moins long, puisque la durée du voyage de Moscou à Vladivostok est d’environ une semaine.

Préparer son voyage à bord du Transsibérien

Pour les voyageurs, il existe deux niveaux de confort dans le train et les banquettes sont des banquettes-lits lors de voyages nocturnes. Il est important de bien choisir son niveau de confort et le type de couchage suivant la durée du voyage. Pour ce qui est des formalités administratives, il est impératif de prévoir son passeport en cours de validité et le visa, avant d’acheter son billet de train.

L’itinéraire

Le début du périple commence à Moscou. Les arrêts dans les différentes gares sont plus ou moins longs suivant les endroits. Les gares offrent des architectures authentiques et représentatives des sombres années de l’union soviétique.
Il faut attendre de parcourir 1818 km pour arriver enfin à Iekaterinbourg, qui est un lieu chargé d’histoire, de par l’assassinat du Roi Nicolas II et de sa famille en 1918. On peut par ailleurs admirer les Monts Oural. Le climat est alors de type continental. Après un parcours de 2716 km, le train arrive à Novossibirsk. Cette ville bénéficie d’une position géographique particulière, puisqu’elle se trouve au carrefour des grandes routes. Novossibirsk est d’ailleurs surnommée le « Chicago de la Sibérie ».

Nature et paysages de Russie

Les différents arrêts du Transsibérien permettront de découvrir notamment la grande Taïga qui occupe plus de 40% du sol russe, puis Irkoutsk qui se situe à 5191 km de la Sibérie. On peut apprécier alors le magnifique lac Baïkal qui s’étend sur 640 km de long. Ce lac est une pure splendeur, tant pour sa majestueuse étendue que pour les différentes espèces animales qui cohabitent entre elles. Enfin, cap vers Vladivostok où le climat devient plus doux et agréable. Il ne reste alors plus que 766 km et la frontière chinoise est proche. Le voyage aura duré au minimum une semaine.

Image: Boccaccio1/ flickr.com

Comments are closed.